Étude mobilité Movin’On menée par Kantar – La ville du quart d’heure au quotidien sans renoncer à découvrir le monde

Movin’On, le premier écosystème mondial pour une mobilité durable, présente les résultats de l’étude menée par son partenaire Kantar, leader mondial de la data, des études et du conseil, auprès de jeunes urbains, étudiants ou jeunes actifs (18-34 ans), engagés pour l’environnement.

 

En remettant en question la nécessité de chaque déplacement, la COVID a ouvert une fenêtre vers un nouveau mode de vie. Ces jeunes urbains souhaitent retrouver dans leur quartier une vie de village et pouvoir s’organiser au quotidien dans un rayon de 15 minutes autour de chez eux. L’occasion de privilégier les modes de transports sains et de mettre à profit la possibilité de travailler de chez soi. Pour certains d'entre eux, cela signifie quitter les grands centres urbains pour des lieux plus petits et plus abordables.

« Je ne me vois pas vivre en ville toute ma vie, mais si une ville était conçue avec ce schéma de qualité de vie, j'envisagerais certainement de rester dans un environnement urbain beaucoup plus longtemps »

Seattle

« Comme de plus en plus de personnes s'habituent au travail à domicile, je pense que l'utilisation de la voiture va diminuer de manière significative....        Je pense que davantage de personnes travailleront à domicile, ce qui changera les habitudes de déplacements et encouragera davantage la micro-mobilité locale »

Montréal

Cet état d'esprit est rigoureusement le même lorsqu'il s'agit de voyages longue distance. Ils veulent continuer à découvrir le monde, ne pas renoncer aux voyages lointains même si aujourd’hui, ils se font essentiellement par avion. Et lorsque le train rapide ou le covoiturage sont possibles, ils les privilégieront.  Leur mentalité durable les amènera à voyager moins souvent, mais pendant plus longtemps. Et à allier pendant ces voyages travail à distance et découvertes afin de prendre le temps et de minimiser leur impact sur la planète.

« J'espère pouvoir partir à l'étranger dès que le contexte sanitaire sera plus propice, même si aujourd’hui l'option de l'avion me parait inévitable malheureusement » Paris

Paris

« Le confinement marque pour moi la fin totale de la mobilité. Ce qui m'a le plus manqué est de pouvoir voyager librement. » 

Nantes

En Amérique du Nord, l’attente de cette génération est forte sur le développement des trains à grande vitesse pour remplacer l'avion sur de nombreux trajets. Mais en l'absence d'une meilleure solution, ils auront recours au transport aérien.

 

En Europe comme en Amérique du Nord, les générations Z et Y interrogées appellent à une nouvelle mobilité, que l’on pourrait appeler « mobilité hybride », où tous les modes et situations sont intelligemment combinés et non opposés : travail et loisirs, mobilité individuelle et collective.

 

Ils ne sont pas prêts à renoncer à ce qui illumine leur vie, mais ils essaient d'adapter leur façon de voyager à leurs valeurs.

 

Là encore, ces natifs du numérique, qui revendiquent un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée, veulent adapter leur manière de se déplacer à la vie qu’ils souhaitent, accélérant ainsi la transformation de la mobilité.

Etudes_Kantar_FR4