Les conducteurs rêvent-ils de voiture électriques? Trois questions auxquelles les fabricants devront répondre

Partager

Do drivers dream of electric cars? Three questions automakers will have to answer

Longtemps considérés comme une curiosité, les véhicules électriques suscitent aujourd’hui un engouement sans précédent. La Nissan Leaf – voiture entièrement électrique la plus populaire – s’est vendue à 380 000 exemplaires. Alors que les consommateurs sont de mieux en mieux informés sur les options qui s’offrent à eux, les barrières psychologiques tombent. Mais comment faire pour que les véhicules électriques soient adoptés par la masse? Denis Le Vot de Nissan, Peter F. Tropschuh d’Audi et Karim Zaghib d’Hydro-Québec se sont penchés sur la question et partagent ici leurs observations et leurs pistes de solutions lors du Sommet Movin’On.

Denis Le Vot a identifié trois préoccupations des consommateurs auxquelles les fabricants automobiles devront répondre s’ils souhaitent que les véhicules électriques deviennent aussi accessibles et abordables que les véhicules à essence. Les voici:

 

Réalité

Vision à moyen terme

1. Où puis-je recharger ma voiture?

Les infrastructures de recharge sont encore limitées. Les usagers doivent avoir accès à des stationnements privés et à des bornes de recharge chez eux. Les trajets plus longs demeurent difficiles, les bornes de recharge publiques étant peu nombreuses.

 

Un réseau tentaculaire de bornes de recharge pour une conduite électrique sans souci, peu importe la destination.

2. Quelle est son autonomie?

L’autonomie d’une voiture électrique est inférieure à celle d’un véhicule à combustion interne, mais s’améliore d’année en année. La dernière Nissan Leaf a une autonomie de 240 km, qui devrait bientôt passer à 350 km.

 

1 000 km d’autonomie en moins de 10 minutes de charge, comparativement aux 800 km d’autonomie des véhicules à combustion interne les plus écoénergétiques.

3. Est-ce abordable?

Les véhicules électriques destinés au marché de masse existent, mais sont plus chers que les modèles conventionnels.

 

Des véhicules électriques à moindre prix que les véhicules à combustion interne, en tenant compte du prix d’achat et des coûts d’exploitation.

 

En ce qui concerne les questions de prix et d’autonomie, les experts s’entendent pour dire que des solutions existent et que d’autres verront bientôt le jour, comme des batteries à l’état solide plus petites, moins chères, à capacité supérieure et plus aisément recyclables que les batteries au lithium-ion actuelles. La technologie de charge rapide permettra aussi aux véhicules électriques d’être plus concurrentiels et pratiques.

Selon Denis, «l’industrie automobile devient de plus en plus complexe. Les nouveaux défis technologiques qu’elle pose, comme l’électrification et l’autonomisation des véhicules, font le bonheur des jeunes ingénieurs. Nous voyons cela d’un très bon œil.»

Cependant, le plus grand obstacle est le manque d’infrastructures. Le peu de bornes de recharge sur les rues et l’adaptation du réseau électrique sont des problèmes plus ardus à régler puisqu’ils dépendent de plusieurs instances.

 

Ce que demain nous réserve

Il est toujours tentant d’essayer de prédire l’avenir. Et si vous êtes dans le domaine de l’innovation, il le faut. Pourtant, «les consommateurs s’attendent à ce que la voiture du futur se comporte de la même manière qu’un véhicule conventionnel», explique Peter F. Tropschuh d’Audi. Voici quelques autres écarts entre les attentes et l’avenir projeté:

 

Les véhicules à combustion interne seront encore bien présents

La transition prendra du temps, sans doute quelques décennies. D’ici là, il importe de poursuivre les efforts pour réduire les émissions des véhicules conventionnels.

 

Des voitures radicalement différentes verront le jour

Les voitures électriques seront libérées de certaines contraintes de design propres aux véhicules conventionnels, ce qui permettra de repenser complètement leur conception. Et ça pourrait bien se passer d’ici deux ou trois ans.

 

Charge intelligente et réseau adapté

De nouvelles technologies de recharge intelligente se dessinent à l’horizon. Par exemple, les véhicules en charge pourraient servir de renfort énergétique en alimentant le réseau lors des périodes de forte demande, et se rechargeraient lors des moments plus calmes.

 

La rencontre des véhicules électriques et des véhicules autonomes

L’avenir des véhicules électriques et autonomes est intimement lié, leur évolution s’opérant en parallèle. Il faudra toutefois s’armer de patience pour voir des véhicules autonomes se déplacer sans heurts dans un environnement urbain complexe et imprévisible.

 

Cet article est un extrait des Notes 2018. Pour ne manquer aucun contenu du Sommet Movin’On, incluant notre programmation 2019, inscrivez-vous à notre newsletter.

 


Sur le même sujet

Cinq initiatives pour votre boîte à outils de décarbonation