Faurecia et Veolia coopèrent pour l’utilisation du plastique recyclé dans les voitures

Le géant de l'eau et des déchets Veolia et Faurecia, société du groupe Forvia, ont signé un accord de coopération et de recherche pour développer conjointement des composés innovants pour les modules intérieurs de voitures.

Grâce à ce partenariat stratégique, les deux entreprises pourront accélérer le déploiement européen de solutions révolutionnaires pour les intérieurs de véhicules, par exemple pour les tableaux de bord, les panneaux de portes et les consoles centrales tout en respectant des exigences strictes en matière d'architecture automobile, d'approvisionnement et de préparation innovante des déchets plastiques industriels et post-consommation.

Cette alliance s'est fixée pour objectif d'atteindre une moyenne de 30% de plastiques recyclés dans les intérieurs de voitures d'ici 2025.

Vers le développement de composés à haute valeur ajoutée

Veolia fournit depuis plus de 5 ans des grades de polypropylène à l'industrie automobile en France. Ce projet, établi en coopération avec Faurecia, lui permettra ainsi d'étendre sa gamme de composants automobiles à l'intérieur des véhicules. Le « géant vert », comme l’a surnommé lesechos.fr, commencera à produire des matières premières secondaires sur ses sites de recyclage existants en France dès 2023.

"Face à la hausse de la demande en plastique recyclé dans tous les secteurs, dans le contexte de la rareté de la ressource, il est nécessaire de recycler un plus grand nombre de flux de déchets plastiques, explique Estelle Brachlianoff, Directrice générale adjointe en charge des opérations de Veolia. La collaboration avec Faurecia nous permet d’augmenter notre offre de matières premières secondaires pour l’industrie automobile grâce au développement de composés à haute valeur ajoutée. Ces solutions pour des intérieurs de véhicules plus durables seront aussi un fort contributeur à la mobilité durable, qui est au cœur de la transformation écologique. Déjà présent sur l'ensemble de la chaîne de valeur du recyclage, Veolia accroît ses capacités de recyclage des plastiques grâce à des investissements continus dans l'industrialisation et dans l'extension de ses sites de recyclage existants en France et dans le monde, avec l'objectif d'atteindre 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires d’ici 2025 ''. 

NOUS ALLONS ACCÉLÉRER L'INTRODUCTION DE MATÉRIAUX DURABLES RÉVOLUTIONNAIRES ET LEUR MISE SUR LE MARCHÉ, TOUT EN CONTRIBUANT À RÉDUIRE LES DÉCHETS PLASTIQUES ET À RENFORCER L'ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Pour sa part, Patrick Koller, Directeur Général de Faurecia, a déclaré: "En tant qu'équipementier automobile disposant d'un portefeuille de matériaux durables de premier plan, nous sommes particulièrement bien positionnés pour fournir des solutions innovantes aux constructeurs automobiles et à leurs clients. En combinant notre innovation et nos forces industrielles avec Veolia, nous allons accélérer l'introduction de matériaux durables révolutionnaires et leur mise sur le marché, tout en contribuant à réduire les déchets plastiques et à renforcer l'économie circulaire. Cet accord contribuera également fortement à la feuille de route de Faurecia vers la neutralité en CO2 pour le scope 3, basée sur les principes d'utiliser moins, d'utiliser mieux et d'utiliser plus longtemps."

Conformément aux objectifs ambitieux du groupe en matière de neutralité carbone, Faurecia a créé en 2021 une division transversale dédiée aux matériaux durables afin de développer et fabriquer des matériaux de pointe. Cette entité a pour mission de proposer un cockpit complet à faible émission de CO2, voire des matériaux à  CO2 négatif. En 2011, Faurecia a d’ailleurs été le premier équipementier automobile à présenter une gamme complète de solutions de cockpit en bio-composite. Plus d'une décennie plus tard, l'empreinte CO2 de ces produits, présents dans environ 13 millions de véhicules, est inférieure de 28% à celle de leurs homologues conventionnels entièrement en plastiques.

Un défi pour l'industrie automobile

Pour faire face à la diminution des ressources de la planète, l’optimisation des matériaux est un enjeu capital. Rappelons qu’une voiture est composée de 70 % de métaux (généralement recyclés), 5 % de matériaux divers (comme le verre), 5 % de fluides et 20 % de matières plastiques. Environ 85 % de la masse du véhicule peut être réemployée ou recyclée et 10 % se prêtent à une valorisation énergétique.

L'utilisation de plastiques recyclés est l'un des principaux défis de la transformation écologique dans l'industrie automobile puisqu’ aujourd'hui, la plupart des intérieurs automobiles sont fabriqués à partir de matériaux vierges.

L’an dernier, Volvo a présenté un nouveau concept avec une voiture 100% électrique fabriquée à base de matériaux recyclés. L’habitacle est conçu à partir de bouteilles en plastique, de filets de pêche ou encore de bouchons de liège. L’objectif du constructeur est de réduire les déchets plastiques jusqu’à 80% ainsi qu’alléger conséquemment le poids de la voiture.

Le Groupe Renault est signataire de la « Feuille de Route Économie Circulaire » de l’État français dont l’objectif est de tendre vers 100 % de plastiques recyclés en France d’ici 2025. Par exemple, le fil cardé 100% recyclé qui habille la nouvelle ZOE (voir photo plus haut) est fabriqué à partir de ceintures de sécurité, de chutes textiles provenant de l’industrie automobile et de bouteilles en plastique. Désormais, le VE phare du losange est habillé d’un nouveau tissu pour les coiffes de sièges, les revêtements de planche de bord, la console levier de vitesse et les garnitures de portes. De son côté, Peugeot Citroën annonce que 20 % des plastiques entrant dans la conception de ses futurs véhicules seront à base de « matériaux verts ».

On en arrive finalement à ce paradoxe : le plastique, déjà très présent dans la conception des voitures, pourrait prendre une place encore plus importante... tout en diminuant son impact sur l’environnement. Décidément tout se transforme !